• secretariat@ecole-oliveraie.fr
  • 03 88 62 94 20

Drop us a line

Historique

Bref historique de l'Ecole Chrétienne au travers des siècles

L'idée d'implanter des écoles chrétiennes n'est pas née à la fin du 20ème siècle. En France, l'Eglise du 16ème siècle était bien plus en avance en la matière que celle du 20ème.

Les écoles chrétiennes ont un puissant impact d'évangélisation dans les pays "barbares" – non grecs.
L'enseignement n'est pas donné que par des précepteurs à des enfants privilégiés.

L'Eglise a le monopole de la vie intellectuelle : Ecoles – Universités - Editions.
L’éducation est transmise par les monastères, les cathédrales, les universités nées dans l'Eglise. Celle-ci a le monopole de la vie intellectuelle.

Ces "petites écoles" accessibles à quelques privilégiés seulement, sont un lieu "où l'on montre à lire, à écrire, où l'on enseigne la grammaire".

La période des temps modernes va connaître la montée de l'humanisme (l'homme est Dieu), du rationalisme (raison souveraine), mais elle est également la période de la Réforme avec l'apparition de milliers d'écoles chrétiennes.

Dès 1524, en Allemagne, Martin Luther a la volonté d'une éducation pour tous et invite les magistrats de toutes les villes allemandes à ouvrir et à entretenir des écoles chrétiennes.
L'enfant devait recevoir à l'école d'abord une éducation morale fondée sur la Bible. On ne fait pas alors la différence : Etre un homme c'est être un chrétien.
Et les Réformateurs partagent cette affirmation : Farel, Melanchton, Bucer…
En France et en Suisse, Jean Calvin s'adresse ainsi aux parents : "S'ils veulent que leurs enfants aient une bonne instruction, il faut toujours commencer par la Foi". 

Pour Mathurin Cordier (pédagogue du 16ème siècle), le but de l'école est de produire des gens non seulement cultivés et savants, mais aussi pieux et croyants. L'éducation alors ne dissocie pas la connaissance de la Foi, le profane du sacré. Tout est créé par Dieu et la foi chrétienne est une religion qui touche toutes les sphères de la vie.
L'école est un lieu où l'on forme les intelligences mais où l'on apprend aussi à connaître Dieu et Sa Parole, source du comportement éthique.
Pendant cette période de la Réforme, de nombreuses "petites écoles" vont fleurir (plus de 2000 pendant l'année 1562) mais aussi des collèges et des Académies (enseignement secondaire et supérieur), tout un système éducatif se met en place qui va transformer la société entière. L'une des conséquences fut un nouvel essor de la vocation pastorale, une autre fut l'imprégnation chrétienne de la société française.

Au 16ème siècle, l'église Réformée donne naissance à un système éducatif qui va transformer la société entière.
L'Eglise est à l'origine :
   •   de la volonté d'éduquer
   •   de l'idée neuve – au 16ème siècle – d'une éducation accessible à tous
   •   d'une éducation obligatoire
   •   des maternelles
   •   des lycées d'enseignement professionnel
   •   des cours pour adultes

Un seul objectif : ne pas seulement informer, mais former des chrétiens, des disciples... Un seul fondement : la Bible.

Il y a un rapport étroit entre l'Eglise et l'école. Les églises entretiennent ces écoles, choisissent les maîtres.
Les consistoires délivrent une sorte de brevet d'enseignement primaire (brevet de capacité en même temps que d'honorabilité). Pasteurs et maîtres travaillent ensemble.

Pour les protestants, il n'y a pas de séparation entre les facultés de l'homme, et ses connaissances, entre son instruction et son éducation. Tout est créé par Dieu : la foi chrétienne touche toutes les sphères de la vie.

L'école n'est pas juste un lieu où on forme l'intelligence, mais où on apprend également à connaître Dieu et Sa Parole qui sont la source du comportement éthique.

En 1561, la moitié du royaume de France est protestante.

Le pasteur Oberlin qui est à l'origine des écoles maternelles, transformera toute une région des Vosges en implantant des écoles chrétiennes.

En Angleterre, Charles Wesley, l'initiateur du mouvement Méthodiste qui plus tard donnera naissance à l'Armée du Salut, écrit qu'il ne peut y avoir de réveil sans un enseignement systématique de la Bible aux jeunes gens.

Pendant ce "siècle des lumières" s'opère la transition d'une culture théiste à une culture dominée par la Raison et le rejet de la Foi. 

Siècle des "Lumières" : Voltaire, Rousseau.

Continuation des "Lumières"

La théorie de l'évolution accompagne la création de l'école laïque. Dieu est effacé progressivement du processus éducatif.

En France, Jules Ferry instaure la laïcité et remplace la morale religieuse par la morale républicaine, l'instruction religieuse par l'instruction civique. Il confiera à Jean Jaurès : "Mon but ? Organiser l'humanité sans Dieu".

En 1905, une loi sépare l'Eglise et l'Etat. Le religieux est relégué définitivement dans le privé. Les protestants confient leurs 1600 écoles à l'Etat.

La montée de fausses doctrines dont la dernière en date, le "New Age", accompagne un fort mouvement antichrétien et la perte des racines judéo-chrétiennes du pays.

L'Eglise d'aujourd'hui est devant un défi : reprendre le "terrain perdu" du sens et des valeurs chrétiennes de l'éducation. L'école "L'Oliveraie" contribue à sa mesure à ce projet plus vaste.

Le projet d’école chrétienne a été lancé en 1997 par une équipe de personnes issues de différentes communautés évangéliques de Strasbourg, qui avaient cette vision de développer une école permettant une intégration des principes bibliques dans la pédagogie et la gestion des relations entre les parents, les enfants et les enseignants.

L’école est gérée par une association – l’APPEC (Association Pour la Promotion de l’Education Chrétienne), association inscrite au TI de Schiltigheim.

accueil2